Accéder au contenu

Mauvaise Haleine, Quels remèdes naturels ?

Publie le 23/Novembre/2021

Focus sur

Peut-être souffrez-vous de mauvaise haleine, même si on ne vous l’a jamais dit. L'halitose (mauvaise haleine) n'est pas une fatalité. Bien souvent, le problème vient d’une mauvaise hygiène dentaire : la plaque se développe, et les bactéries qui prolifèrent joyeusement sont  à l’origine des odeurs indésirables. Si, en plus, vous fumez ou buvez régulièrement de l’alcool, tout s’aggrave. Mais le trouble peut venir d’ailleurs : Infection Orl ou digestive, maux d’estomac ou encore affection de la bouche non diagnostiquée. Haleine fétide et problèmes d’estomac sont très souvent liés.

Le réflexe anti mauvaise haleine : la menthe poivrée

À avaler : En cas d’urgence, versez 1 goutte d’huile essentielle de menthe poivrée directement sur la langue

+

En bain de bouche : En soin pluriquotidien : versez 1 goutte d'huile essentielle de menthe poivrée dans un petit verre d’eau. Prenez le tout en bouche (éventuellement en 2 fois), promenez le liquide partout le long des joues, de la langue, sous langue, le long du palais, puis recrachez. Ce bain de bouche rafraîchit l’haleine pour quelques heures. Renouvelez après chaque repas et dès que le besoin s’en fait sentir.

 

La tisane de fumetterre, artichaut ou romarin

Associés, le fumetterre, l'artichaut et le romarin permettent de décongestionner le foie qui est souvent engorgé en cas de mauvaise haleine. Faites infuser une cuillère à café bombée de ces 3 plantes, dans 500 ml d'eau frémissante pendant 10 minutes. Filtrez et buvez en petite quantité sur 4/5 jours.


Nos conseils pour lutter contre la mauvaise haleine :

La bactérie responsable de la mauvaise haleine s’appelle Treponema denticola. Mais d’autres bactéries sécrètent des composés soufrés volatils, responsables de l’halitose. Notamment du sulfure d’hydrogène à la très mauvaise odeur, ou du méthylmercaptan et du diméthylsulfide, des cétones, du triméthylamine, de l’acide propionique, butyrique, de la putrescine, de la cadavérine…Pour se débarrasser de tout ça, l’arme fatale, c’est la brosse à dent.

1/3 des bactéries « de la mauvaise haleine » habite sur notre langue. Brossez aussi cette dernière au dentifrice puis au gratte-langue si  besoin. Passez également soigneusement dans les espaces interdentaires (fil dentaire) et faites des visistes de contrôle chez le dentiste : il vérifiera qu’aucune infection ou carie ne se développe à votre insu.

Brossez-vous les dents après chaque repas. Traquez les interstices où peuvent se loger des petits morceaux d’aliments, substrat royal pour bactéries nauséabondes. Lorsque vous ne pouvez vraiment pas effectuer ce petit rendez-vous hygiénique, mâchez un chewing-gum spécial pour les dents (on en trouve en pharmacie ou en supermarché), sans sucre bien sur.

Mangez des fruits et légumes crus (surtout de la salade, notamment des épinards, très riches en chlorophylle) à chaque repas. Pour ceux qui aiment, le wasabi, cette sorte de moutarde verte ultra-relevée servie avec les sushis et les sashimis, est un assainissant buccal, donc anti-mauvaise haleine.

Buvez suffisamment d’eau, soit environ 8 verres par jour. La déshydratation (même minime) donne mauvaise haleine.

Evitez le sucre et toutes les sucreries ainsi que les boissons sucrées. C’est grâce au sucre que les bactéries se développent en bouche.

En fin de repas, préférez une infusion « spéciale  haleine fraîche » à la menthe, la mélisse, la réglisse ou le thym plutôt que le café.

Ne fumez pas. Il n’y a pas pire que le tabac pour la mauvaise haleine, surtout s’il s’agit du cigare. À part peut-être le mariage café/tabac ou alcool/tabac.

Certains aliments sont aussi à éviter. C’est le cas de l’ail, de l’oignon mais aussi des aliments lents à digérer si l’on manque d’enzymes (poissons gras notamment). Le persil, le thé vert et la menthe, c’est l’inverse !

Consultez un dentiste pour vérifier qu’aucune infection buccale ne se développe : une carie, un abcès…Une mauvaise haleine peut aussi traduire la présence d’aphtes en bouche ou encore une maladie respiratoire (rhinofaryngite, sinusite bronchite…), surtout chez l’enfant.

Source : Danièle Festy, ma bible des huiles essentielles

Grande pétition : Sauvons l'huile essentielle de lavande Conseil précédent Retourner au blog Côté herboristerie : les infusions de l’hiver : Thym, échinacée et gingembre Conseil suivant

Nos labels

Partenaires et certifications